Découvrir

Le centre d'accueil, les ressources en ligne

  • Decouvrir-Prehistolab-4.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-5.jpg
  • Decouvrir-site-enfants-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-2.jpg
  • Decouvrir-Mammouths-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-3.jpg

Du 27 Janvier au 18 Mai 2014, le Pôle International de la Préhistoire vous présente l'exposition interactive "Préhistolab" : Préhistolab Comment travaillent les préhistoriens ?

Du 05 juillet au 31 août  2014

C’est au cours du XIXe siècle que l’étude de la préhistoire devient une discipline scientifique. Le débat fondateur de ce nouvel espace de recherche concerne la « haute antiquité de l’homme », selon l’expression employée dans les années 1840. Il s’agit alors essentiellement de démontrer que l’homme a vécu à la même époque que les grands mammifères fossiles que l’on connaît très bien depuis le début du XIXe siècle grâce à la paléontologie stratigraphique (étude des couches de terrain) et à l’anatomie comparée (étude de la morphologie des animaux fossiles).

Les carrières de Chelles. Extrait de : " La création du monde et les premiers âges de l'humanité." / Henri du Cleuziou. - Paris : C. Marpon & C. Flammarion, 1887. Fig. 87Les éléments destinés à alimenter ce débat sont donc à rechercher sur le terrain, en suivant l’exploitation des carrières de sables et de graviers, en surveillant les grands travaux d’aménagement qui se développent alors (dans les villes, mais également dans les campagnes avec le développement des routes et du chemin de fer), ou en pratiquant des fouilles avec des équipes d’ouvriers.

L’archéologie préhistorique se lance donc dans une exploration des territoires, tentant de retrouver dans le paysage familier, alors en pleine transformation, le paysage parcouru par l’homme préhistorique il y a un temps très long que l’on ne peut pas encore dater. Cette recherche dans laquelle les amateurs jouent un rôle important, souvent au sein des sociétés savantes locales va ainsi faire émerger des « provinces préhistoriques » qui couvriront bientôt toute l’Europe. En France, c’est dans la vallée de la Somme que l’aventure débute avec l’affaire de « l’homme fossile » ou « homme antédiluvien » (antérieur au déluge). A l’issue d’un long débat qui trouve sa résolution en 1859, la haute antiquité de l’homme est reconnue par un ensemble de savants français et anglais, ouvrant la perspective des temps préhistoriques et un vaste champ de recherche. A partir des années 1860, celui-ci se déploie très rapidement sur l’ensemble du territoire national, et de découverte en découverte, la carte de la préhistoire se précise.

Carte des stations quaternaires de la Vézère / Erhard.  Extrait de : " L'homme préhistorique étudié d'après les monuments." / John Lubbock. - Paris : Librairie Germer Baillière, 1876. Fig. 235.La vallée de la Vézère, en Dordogne, devient très vite un lieu de prédilection pour l’exercice de la préhistoire. Dans cette vallée qui constitue tout au long de la préhistoire un lieu particulièrement favorable à l’installation des hommes pour des raisons géologiques et climatiques, se développe une occupation préhistorique très dense parvenue jusqu’à nous grâce à d’excellentes conditions de conservation.

 Dans le dernier tiers du XIXe siècle, de très nombreux sites y sont explorés qui livrent des collections exceptionnelles et fournissent les grands cadres de la chronologie du Paléolithique. C’est en vallée de la Vézère que se trouvent la grande majorité des sites dits éponymes, c’est-à-dire ayant été choisis pour nommer une période de la préhistoire, en raison de leur caractère représentatif. A côté de ce lieu privilégié, les études préhistoriques se développent dans plusieurs zones qui constituent aujourd’hui la Nouvelle Aquitaine, prolongeant bien souvent les découvertes réalisées en Dordogne ou ouvrant de nouvelles perspectives de recherche.

Le gisement de la Chapelle-aux-Saints. Carte postale. Non datée. Collection Claudine et Bernard HenrietteSi la découverte des restes humains de Cro-Magnon (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne) donne dès 1868 un visage à l’homme du Paléolithique supérieur, la découverte de la Chapelle-aux-Saints (Corrèze) intervenue en 1908 démontre que l’homme de Néandertal, artisan des industries du Paléolithique moyen, pratiquait des rites funéraires. C’est à cette même époque que se rapporte le gisement de la Quina (Les Gardes, Charente) qui a livré un abondant mobilier lithique et les reste de près d’une trentaine d’individus.

Marcamps - Entrée de la grotte préhistorique de Pair-non-Pair. Carte postale. Non datée. Collection Claudine et Bernard HenrietteGrottes et abris ornés sont également nombreux traduisant cette même émergence d’une dimension symbolique de la pensée de l’homme préhistorique. Aux nombreuses grottes de la vallée de la Vézère, parmi lesquelles Lascaux (Montignac, Dordogne), répondent celles des Pyrénées et plus particulièrement du pays basque, comme Isturitz ou Oxocelaya (Saint-Martin d’Aberoue, Pyrénées atlantiques) ou la grotte de Pair-non-Pair (Marcamps) en Gironde qui, découverte en 1896, joua un rôle important dans la reconnaissance de l’art pariétal.

Les abris ornés qui, contrairement aux grottes profondes, constituent des sites d’habitat sont également communs à l’ensemble du territoire de la Nouvelle Aquitaine. La plupart d’entre eux se rapportent au Magdaléniens (il y 15 000 ans environ) : Cap-Blanc (Marquay, Dordogne), l’abri Reverdit (Sergeac, Dordogne), Le Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Haute Vienne) ou encore La Chaire à Calvin (Mouthiers-sur-Boëme, Charente), un autre abri de ce dernier département, Le Roc-du-Sers (Sers) a livré une occupation un peu plus ancienne, allant essentiellement du début du Paléolithique supérieur au Solutréen.

Ces quelques éléments ne constituent qu’un faible aperçu de la richesse préhistorique de la région Nouvelle Aquitaine dont les paysages restent encore aujourd’hui profondément marqués par près de 400 000 ans d’aventure humaine.

A dater du 2 mai 2017, les horaires de la sallle de documentation et de l'espace numérique du Pôle sont les suivants :

Serait-ce la naissance d'un nouveau genre littéraire ? Après le polar historique,qui connaît un succès certain auprès des amateurs de littérature policière, voici le polar préhistorique.  

Chasseurs, chamanes ou artistes du Paléolithique mènent l'enquête...

Bienvenue dans l'espace Jeunesse de notre site Internet !

Tu  trouveras ici des ressources documentaires,  des dossiers sur la préhistoire dans la vallée de la Vézère et l'actualité "Jeune public" du Pôle international de la Préhistoire.

Le Pôle international de la Préhistoire te propose aussi des activités tout au long de l'année, dans ses diffèrents espaces. 

Cet été 2017, le Pôle présente  Paroi Pigment Pixel - Reproduire une grotte ornée, une exposition proposant une immersion dans l'univers des fac-similés, physiques ou virtuels, des grottes ornées.
Pour accompagner cette exposition, le service Médiation du Pôle a imaginé un atelier Fac-similié, où le jeune public peut s'initier à la réalisation de copies de fresques pariétales.

Le Pôle International de la Préhistoire organise un nouveau concours de dessin, pour les vacances d'automne, du 22 octobre au 5 novembre 2017

 Il y a 20 000 ans,la vallée de la Vézère, comme toutes les régions des moyennes et hautes latitudes du globe, connaît un climat particulièrement froid et aride.

L'animal le plus chassé par les hommes de Cro-Magnon était le renne. On sait également que les chevaux, les bisons étaient abondants. Des bœufs musqués, des loups, des renards polaires, des antilopes saïga, des ours bruns et des ours des cavernes ont vécu dans la vallée à cette même époque.

La flore de climat froid correspondant à la période du dernier maximum glaciaire est pauvre, rase et formée surtout de graminées et de chicorées.